Trail des Durs à Cuir : Résultats, Photos et Article NR

Christophe Norguet termine en solitaire.Christophe Norguet termine en solitaire.

L’Entente Vendôme-Marolles Athlétisme prend ses habitudes au trail des durs à cuir, à Château-Renault. Après la victoire de Charley Couton l’an dernier, c’est son coéquipier Christophe Norguet qui s’est imposé, dimanche matin, sur la course phare de la matinée, longue de plus de 15 km (contre une distance de 14 km initialement annoncée). Le Vendômois a logiquement devancé Mickaël Dide, bien connu aussi dans les pelotons du Loir-et-Cher. « Il y a eu des erreurs d’aiguillages pour quelques coureurs, je me suis retrouvé deuxième, mais heureusement, j’ai pu reprendre la tête de la course, expliquait le vainqueur à l’arrivée. Après ma victoire sur 10 km au trail de la Houzée le week-end dernier, j’ai voulu finir sur une nouvelle victoire avant de partir en vacances. Avec Florent Montrau, mon coéquipier, qui courrait le 8,3 km, on s’est dit que ça pouvait être sympa de faire le doublé ».
Mathieu Mandin a fait parler son finish  Mais Montrau, déjà battu par Couton l’an passé, a de nouveau pris la deuxième place, sur la course de 8,3 km, en trouvant plus fort que lui avec Mathieu Mandin (Loches), venu se faire plaisir après une saison de piste bien remplie : « Ça fait drôle de passer du 1.500 m à un trail urbain et c’était assez raide, mais je voulais finir ma saison sur des courses sympas puisque je serai aussi à Parçay le 14 juillet. Je suis content d’avoir battu mon record sur 1.500 m, avec un chrono de 4’06. Ce dimanche, j’ai fait la grande partie de la course avec Florent et puis j’ai fait parler ma pointe de vitesse sur la fin. » Une trentaine de secondes sépare les deux concurrents à l’arrivée.
Du côté des féminines, Sandrine Peronnet (ACC 37) s’est logiquement imposée sur les 15 km, sans être inquiétée. Elle devance Francesca Mondot et Clémence Mary. Dans la course de 8 km, Marie Lergenmuller-Presles (non licenciée) s’est adjugée la victoire en se surprenant elle-même : « Je ne savais pas que j’étais première, mais je suis ravie. J’ai beaucoup aimé le parcours, ça donne envie de revenir. » Malgré les petites erreurs d’aiguillage, ce trail urbain, organisé par l’US Renaudine Athlé-Cross, a de nouveau été apprécié par l’essentiel des 280 concurrents présents et la pluie qui était l’invitée surprise de la matinée fut bienvenue pour tous.

RESULTATS

PHOTOS (RuninTouraine)

Source : La Nouvelle République

Publicités

Garmin Fenix ​​5 Obtient Galileo Beta:

Fenix5Galileo

Fenix5Galileo

(Ci-dessus la photo montre l’option sur le Fenix ​​5 Plus)

Mettez ceci sur la pile de ‘Totalement ne voyait pas cela venir’ pour aujourd’hui. Cet après-midi, Garmin a discrètement lâché un firmware beta pour la série Fenix ​​5 existante / originale (5S / 5 / 5X) qui permet le support de Galileo. Galileo est un réseau satellite différent (qui est encore en ligne, mais qui est déjà largement opérationnel) qui a été annoncé dans le Fenix ​​5 Plus plus tôt cette semaine. Garmin l’a également déployé à l’Edge 130 plus tôt ce printemps. Dans mes tests avec les pistes de Galileo sur le Fenix ​​5 Plus, je vois de très bonnes pistes dans des conditions difficiles – sans conteste quelques-unes des meilleures pistes de tout appareil.

Bien sûr, il y a des changements de matériel entre la série originale Fenix ​​5 et la série Fenix ​​5 Plus liée à l’antenne, de sorte que nous pourrions ne pas voir une performance identique. Mais bon – au moins avoir l’option est un changement bienvenu. Et aussi un changement auquel je ne m’attendais pas. Alors que Garmin avait déjà reconnu que le Fenix ​​5X était en théorie compatible avec Galileo (avant que Galileo ait assez de satellites pour importer), je ne me souviens pas d’avoir dit ça pour le reste de la série. Après avoir reçu un e-mail de Garmin cet après-midi, j’ai même fait un double tour pour vérifier que ce n’était pas une faute de frappe pour les versions bêta de Fenix ​​5 Plus. Ce n’était pas.

En tout cas, depuis que cela vient de sortir, je n’ai pas eu l’occasion de le tester. Mais comme il s’agit d’une mise à jour du firmware BETA, vous aurez envie de marcher légèrement de toute façon (en d’autres termes, ne le mettez pas à jour avant votre course Ironman ce week-end). Voici les liens vers les trois différentes unités:

Fenix 5S Beta Update
Fenix 5 Beta Update
Fenix 5X Beta Update

Notez également – super important – que vous devez vous connecter à Garmin Express ou à Garmin WebUpdater et installer la mise à jour spécifique au GPS qui vous sera proposée, sinon cela ne fonctionnera pas! Notez également que si vous n’êtes pas familier avec les mises à jour bêta, vous pouvez accéder aux forums Garmin pour plus de détails et / ou pour des commentaires / dépannage (post 5 / 5S sur le forum, 5 sur le forum)

La mise à jour du micrologiciel bêta contient également d’autres mises à jour mineures, mais le gros ticket ici est le support de Galileo. Maintenant, si nous pouvons simplement les amener à ajouter la nouvelle fonction de confidentialité de notification intelligente trouvée sur le Fenix ​​5 Plus et peut-être sur ClimbPro, il y aurait beaucoup de campeurs heureux. Évidemment, la majorité des autres nouvelles fonctionnalités du Fenix ​​5 Plus nécessitent un nouveau matériel physique (comme des paiements sans contact, ou le stockage de cartes / musique).

Dans tous les cas, allez-y et testez-le et faites un rapport. L’analyseur DCR est bien sûr disponible pour comparer les pistes côte à côte si vous avez d’autres appareils. Ou il y a d’autres options gratuites comme Golden Cheetah.

Source : DCRainmaker https://www.dcrainmaker.com/2018/06/tech-tidbits-friday-powerpods-new-199-model-fenix-5-non-plus-gets-galileo-tacx-lowers-prices-eurobike-preview.html

La Fardillière : résultats & article NR

5b303d5fcc09756a088b45c7

Steven Elphège a su faire la différence en imposant son rythme dès le début.
© Photo NR

Elphège vainqueur à domicile
La course nature de la Fardillière, dénommée aussi course des trois gués, qui s’est déroulée hier matin à Villiers-au-Bouin, a fait l’unanimité auprès des 225 coureurs ayant répondu présent.
Cette épreuve mérite à n’en pas douter une bien meilleure participation. L’organisation, la convivialité et la qualité des parcours proposés n’ont en effet rien à envier aux plus grandes épreuves du département.
« Il nous est difficile de faire mieux, mais aujourd’hui nous sommes en concurrence avec le Trail de la Houzée, une course très populaire près de Vendôme », indique Daniel Samedi, à la tête de l’équipe organisatrice. Le relatif éloignement de Tours explique sans doute aussi cela.
En tout cas, Steven Elphège, le régional de l’étape, avait à cœur d’inscrire son nom au palmarès des 19 km.
De retour à l’entraînement et à la compétition après 2-3 ans d’arrêt total, le sapeur-pompier de Château-la-Vallière s’est fait mal hier pour maintenir l’écart sur Joël Blouin (JR 37).
« Ça n’a pas été simple car je n’arrivais pas à faire réellement la différence. J’ai repris la course à pied depuis février, mais je n’ai jamais été un forçat de l’entraînement. Je serai au trail de Panzoult sur le 35 km et surtout au marathon de Tours, probablement sous les couleurs de mon entreprise Fil Bleu, pour tenter de réaliser 2 h 45. »
Il devrait retrouver Joël Blouin, dont la route est davantage la spécialité, qui visera le même objectif. En féminines, Nelly Mel (RSSC Triathlon) l’emporte.
Applincourt partage sa victoire sur le 10 km Quelques minutes auparavant, Harald Applincourt s’était imposé sur la course de 10,3 km, mais avec le souci de partager cette victoire avec son compagnon de route Grégory Jolly (CAP Saumur). « On a fait la course ensemble, on relançait bien sur les parties bitumées, et malgré le sprint avant d’entrer sur l’aire d’arrivée, on avait décidé de s’attendre sur la ligne », explique le Jocondien. Samuel Jan (RSSC) complète le podium.
Chez les femmes, la Mancelle Hugoline Roger (US Le Mans) a surpris Sandrine Peronnet (ACC 37) pour s’adjuger la victoire. Enfin, sur la course de 6,3 km, Kevin Blanchard (SMAC) a su attendre son heure pour glaner la première place malgré le triathlon de Nouâtre effectué la veille. Axelle Maucourt (non licenciée) remporte facilement le classement féminin.

Les résultats

 6km

10km

18km

Qu’est-ce qui est mieux avec le GLONASS qu’avec le GPS ?

montre-gps-glonass

Initialement introduite comme une fonctionnalité haut de gamme, de plus en plus de montres GPS sont aussi compatibles GLONASS. Précurseur, Garmin l’intègre désormais à presque toutes ses montres. Et les autres marques comme Polar et Suunto ont embrayé le pas.

Tous les geeks savent que l’intégration du GLONASS se fait dans les smartphones depuis plusieurs années. Et pour ceux qui ont vécu dans une caverne toutes ces années, je vous apprends que le GLONASS a été introduit par Apple dans l’Iphone 4s (hé oui, ça date).

On peut aussi retenir que la plupart des smartphones actuels l’utilisent sans pour autant en avoir fait un argument marketing.

Mais qu’est-ce que c’est et quel est l’intérêt ? Je vous explique aussi quand activer le GLONASS.

 

Qu’est-ce que GLONASS ?

GLONASS est l’abréviation de Global Navigation Satellite System. C’est un système russe de géo-positionnement par satellites. En gros, c’est le concurrent russe du GPS américain.

Son développement a commencé sous l’ère soviétique en 1976 et s’est terminé sous la présidence de Vladimir Poutine au début des années 2000.

Les orbites des 24 satellites sont différentes de celles du GPS, ce qui rend GLONASS plus utile que le GPS pour les hautes latitudes (c’est centré sur la Russie, normal).

 

Quel est l’intérêt de GLONASS pour une montre GPS ?

GLONASS n’est pas meilleur ou moins bon que le GPS. Il peut être utilisé à la place du GPS pour se positionner.

Mais ce qui est super, c’est que nous pouvons maintenant bénéficier d’un travail coopératif américano-russe. En utilisant les 2 systèmes en même temps (GPS + GLONASS), la montre a presque 2 fois plus de satellites à disposition pour se positionner (55 au lieu de 31).

gps-glonass

 

Habituellement, votre montre GPS cherche le signal de 4 satellites pour se positionner. En activant le GPS et le GLONASS, elle peut chercher des satellites GPS ou des satellites GLONASS. Ainsi, le temps d’acquisition est réduit, car la montre arrive à localiser 4 satellites plus rapidement. Et la précision devrait être améliorée.

Dans les zones avec peu de visibilité (forêt, canyon urbains, montagne), la montre aura 2 fois plus de satellites à disposition dans la portion visible du ciel pour en trouver 4 pour se positionner. Ca permet d’éviter les décrochages.

 

Et ça donne quelle précision tout ça ?

Déjà, la précision dépend de l’endroit où vous vous situez.

Une étude a mesuré fin 2011 la précision du système de positionnement GLONASS, dans les meilleures conditions possibles (pas d’immeuble, pas de nuage et pas d’interférence radioélectrique), était de 2,8m (95% du temps).

Du côté du GPS, la précision GPS a été mesurée (dans un environnement peut-être moins favorable) par la Federal Aviation Administration en 2014 à 3,35m (95% du temps).

Et les 2 ensemble ?

La précision est alors améliorée d’environ 20%. Du moins, c’est la théorie.

Avec la dernières mise à jour logicielle 3.80 de la Fenix 3, qui devait améliorer la précision de la trace et du calcul de distance, les mordus se sont lancés dans des tests. Si tout le monde est d’accord que la mise à jour a amélioré la précision GPS de la Fenix 3, certains ont trouvé que la trace est maintenant meilleure en réglant le GLONASS sur ‘off’.

Même constat ci-dessous avec une Forerunner 920XT.

comparaison-trace-gps-glonas-on-off

La seule façon d’expliquer cela, c’est que la Fenix 3 utilise toujours 4 satellites issus du même système (soit GPS, soit GLONASS), quel que soit le nombre de satellites disponibles. C’est à dire qu’il n’y a pas de complémentarité entre les 2 systèmes, mais un choix entre l’un ou l’autre.

L’ajout de la capacité GLONASS en plus du GPS peut améliorer la précision d’une trace. Mais pas comme on pourrait l’imaginer. En fait, à chaque instant, la montre cherche les satellites GPS et les satellites GLONASS et choisit l’un des 2 systèmes (celui dont elle reçoit les meilleures signaux) pour se positionner.

Du coup, on comprend bien que l’amélioration ne sera pas aussi intéressante que les spécialistes du marketing voudraient nous le faire croire :

  • le GPS fix pourra être plus rapide
  • il y aura moins de décrochage
  • mais la précision intrinsèque ne sera pas améliorée
  • la consommation de la montre sera augmentée, car elle analyse les signaux des 2 systèmes

Tout ça devient assez compliqué si on associe les caractéristiques des chips GPS + antennes des différentes montres. Voir cette étude faite avec des GPS voiture si vous voulez en savoir plus.

Conclusion : le GLONASS, c’est comme les antibiotiques, c’est pas automatique. Perso, pendant tous mes tests de montres GPS/GLONASS, j’ai rarement vu d’améliroation avec le GLONASS. Si là où vous courrez habituellement, vous obtenez une précision inférieure à 3 mètres, le GLONASS n’apportera rien. Mettez le GLONASS sur OFF. Si par contre la précision est moins bonne que 5m, alors l’activation du GLONASS pourrait réduire les décrochages et améliorer la précision. Essayez avec GLONASS ON.

 

Et après le GLONASS, qu’est-ce qu’il y aura ?

L’Union Européenne développe son propre système de géo positionnement : Galileo, qui sera constitué de 30 satellites (27 en service + 3 en réserve). Le système Galileo est devenu opérationnel le 17 novembre 2016, avec le lancement des 17e, 18e, 19e et 20e satellites. Les perspectives sont intéressantes, puisque la précision devrait monter à 1m.

Mais ne rêvez pas, on n’est pas près de voir une montre GPS compatible Galileo. Même si Garmin a annoncé la sortie de 2 GPS de randonnée compatibles Galiléo fin 2017, le système ne sera complet qu’en 2020. Ce n’est qu’à cette date que Galileo aura une meilleure précision que le GPS. Ensuite, le service offrant une précision à 1m sera payant. Donc ne comptez pas y avoir accès avec votre montre GPS/Galileo grand public. Pour moi, ce sera encore un argument marketing qui ne se traduira pas par des améliorations de précision.

La Chine développe une constellation de 35 satellites appelée BeiDou Navigation Satellite System depuis janvier 2015.

IRNSS est un système constitué de 7 satellites développé par l’Inde et qui sera opérationnel en 2016.

 

Les montres de sport qui ont une capacité GPS + GLONASS

Pour être honnête, tous les sportifs n’ont pas besoin d’une montre GPS/GLONASS. La plupart vivront même très bien la petite marge d’erreur de leur montre GPS.

Ca peut être utile pour ceux qui courent dans des environnements avec des écrans qui empêchent de voir le ciel : en ville, là où les hauts immeubles donnent du fil à retordre aux montres GPS, en montagne.

Garmin Fenix 5, Fenix 5S, Fenix 5X

Garmin Fenix 3

Garmin Fenix 3 HR

Garmin Fenix Chronos

Garmin Forerunner 920XT

Garmin Forerunner 735XT

Garmin Forerunner 935

Garmin Epix

Garmin Vivoactive HR

Garmin Forerunner 230

Garmin Forerunner 235

Garmin Forerunner 630

Polar M600

Suunto Traverse

Suunto Ambit3 Vertical

Suunto Spartan Ultra

Suunto Spartan Sport

Suunto Spartan SPort Wrist HR

ARTICLE ORIGINAL : http://www.montre-cardio-gps.fr/quest-ce-qui-est-mieux-avec-le-glonass-quavec-le-gps/